• Accueil
  • Fedelec
  • Durabilité des téléviseurs, l’enquête de juin 2022

Date : 31-05-2022

Imprimer

Durabilité des téléviseurs, l’enquête de juin 2022 (1ère partie)

Réparabilité et durabilité des téléviseurs sont des notions qui préoccupent les professionnels de la branche. Une enquête réalisée dernièrement par FEDELEC a permis de mieux connaître la perception qu’en ont les artisans distributeurs et réparateurs, et d’utiliser ces informations dans le cadre de trois chantiers en cours :

Panorama de la réparation (ADEME) : il fait actuellement l’objet d’une réactualisation (triennale), avec un chapitre particulier qui sera consacré à la réparation des téléviseurs ;

Indice de durabilité (ADEME + CGDD1) ;

Fonds réparation (ADEME + DGPR 2) : le référentiel de labellisation fait référence aux pièces détachées et aux moyens de les obtenir.

Répartition des problèmes rencontrés en fonction de leur nature matérielle ou logicielle : l’avis des répondants est très clair à ce sujet : ils estiment que près de 3/4 d’entre eux sont d’origine matérielle.

1 CGDD – Commissariat Général au Développement Durable (Ministère de la transition écologique)
2 DGPR – Direction Générale de la Prévention des Risques (Ministère de la transition écologique)

A quoi attribuent-il ces problèmes matériels ? La réponse est très proche de celle qui avait été obtenue dans une enquête de début 2022 : pour 46 % des interrogés, la dalle est de loin la cause numéro 1

Et lorsqu’on leur demande de préciser la sélection qu’ils ont faite, les choix 5 et 6 qui totalisent 46 % dans le classement général donnent comme répartition détaillée :

• 48 % pour le trio Dalle / Alimentation / Carte principale

• 36 % pour le trio Dalle / Carte principale / Alimentation

Et on voit que les réponses personnalisées renforcent les avis plus généraux.

Quant à la qualité de la documentation technique, les avis plongent dans le négatif. Difficultés d’accès aux documentations, disparition souvent constatée des schémas des cartes électroniques, faiblesse du contenu chez plusieurs grands fabricants sont à l’origine de cette sévérité. Ce chiffre de 3% à peine de réparateurs satisfaits peut donner une impression d’exagération, mais ce faible pourcentage est tout simplement le reflet de l’exaspération des techniciens qui voient très régulièrement des téléviseurs dont le cycle de vie est écourté en raison des moyens insuffisants mis à leur disposition.

Ces chiffres font comprendre combien il est important que nombreux à répondre soient les artisans réparateurs que nous sollicitons pour ces enquêtes.
Cela ne prend pas beaucoup de temps, et plus de réponses sont enregistrées, plus la crédibilité des chiffres avancés par FEDELEC est confortée.

>> Suite de cette enquête dans la revue digitale 22-6 qui paraîtra fin août